Demain, Paimpol à Vivre…

Des idées, des débats, des échanges, des fondations pour un projet

Gestion de l’eau – Ne pas clore le débat

Le récent vote du conseil communautaire a surpris. Quinze minutes de débat en fin de conseil municipal de Paimpol, sans document préparatoire pour un  vote aussi important, cela mérite quelques commentaires.

Nous allons sortir l’an prochain de 12 ans d’un contrat d’affermage particulièrement défavorable aux abonnés.

Un audit récent du syndicat du Goëlo (non diffusé aux conseillers municipaux paimpolais) rappelait que 18% des charges de gestion étaient constituées de « frais généraux et de recherche » et de « charges de continuité de service » . Ces intitulés de dépenses plutôt obscurs, sur lesquelles la collectivité a très peu de moyens de contrôle sont manifestement très sur estimées et pèsent lourd dans les factures.

Dans ce même audit on note que les usagers ont fait des efforts spectaculaires sur  leur consommation d’eau   qui est passée de 88 à 78m3 par an en 5 ans et même à 72m3 pour les abonnés domestiques. Le prix y est certainement pour quelque chose surtout si vous divisez votre facture par votre consommation réelle et que vous constatez que le prix du m3 est bien plus élevé qu’en le divisant par les 120m3 officiels de la norme nationale. Avec la taxe d’assainissement la facture est encore plus salée.

Par ailleurs et pour  la même période  les pertes  du réseau passent de 220 OOO à 260 OOO m3 par an sans explication apparente et le fermier a fait passer un avenant au contrat relevant les seuils de pénalité financière sur la performance.

Même en prenant en compte l’amélioration très sensible de la qualité de l’eau distribuée, la gestion du réseau dans la période récente a nourri la suspicion  sur les contrats d’.affermage

Les conseillers de l’opposition municipale paimpolaise ont voté pour le contrôle par la collectivité de l’ensemble de la gestion administrative  et financière avec des contrats de prestation pour la gestion technique. Cela suppose de renforcer nos moyens humains de gestion et de contrôle technique, d’abord de l’eau et à terme de l’assainissement aujourd’hui gérés par le même fermier mais pour le compte des communes.

Les arguments qui ont prévalu en faveur d’un nouveau contrat d’affermage méritent d’être examinés de  près.

L’affermage, nous dit on, couterait moins cher car le contrat serait d’une durée plus longue que les contrats de prestations techniques. Ce n’est pas ce que l’on entend de la part de la communauté de commune de Lanvollon qui dit avoir réduit ses coûts. Ces propos peuvent être discutés mais il est surprenant qu’à aucun moment le rapport d’audit n’ait étudié cette expérience concrète menée à notre porte.

Pourtant selon une enquête exhaustive récente effectuée par l’agence de bassin  Adour Garonne, organisme très officiel, qui a analysé le prix de l’eau sur un ensemble de communes couvrant un cinquième du territoire national, le coût de l’eau gérée en régie est, en moyenne, 20% moins cher que  dans le cadre de délégations. C’est sans doute pourquoi les collectivités  les plus dynamiques reprennent le contrôle de la gestion de leur eau

On nous dit  ensuite que les 12 000 abonnés de notre réseau sont insuffisants pour rentabiliser une gestion directe, que nous n’en avons pas les moyens financiers et qu’il faut nous associer aux 3 petits syndicats de la presqu’île, à celui de Pontrieux et celui de Lanvollon et que tout cela prendra du temps… et pourquoi pas Guingamp pour être sûr de prendre encore plus de temps.

Lanvollon avec 9 000 abonnés gère déjà son réseau avec profit, et peut constituer tout de suite avec Paimpol un pôle de plus de plus de 2O OOO abonnés capable d’entrainer ses voisins. Leur déception est réelle….et la nôtre aussi lorsque l’on voit  la trésorerie dont se prive la collectivité

On nous dit enfin qu’il ne faut pas agir dans la précipitation, que l’on n’a plus le temps de s’organiser

Lorsque l’on ne veut pas manger sa       soupe on traine et à la fin elle est froide. La question de la gestion du fermier est connue de longue date, l’équipe du syndicat des eaux est en place depuis un an et demi et a trainé pour se faire intégrer dans la communauté de commune. A Lanvollon la mise en place d’une nouvelle structure a demandé 18 mois avec la fusion de 3 syndicats. La situation du Goëlo est plus simple et une prolongation du contrat en cours est possible….à condition d’en avoir la volonté

Au chapitre du bilan je ne cèderai pas  aux sirènes qui dénoncent dans la décision prise le travail de lobying du fermier au près des élus. Je ferai crédit à la grande majorité des conseillers d’avoir voté selon  leurs convictions, avec peu d’éléments d’appréciation pour beaucoup. Le débat reste bien présent entre une gauche attachée à un service public  s’appuyant sur les entreprises et une droite délégant largement au privé.  

Pour ma part, derrière un discours sur le pragmatisme et des arguments techniques dont on vient d’exposer les limites, je vois peut être surtout l’expression d’une crainte  de certains élus d’assumer des responsabilités  réelles.

Ce vote d’orientation pour une solution de facilité (à laquelle les élus paimpolais ont largement contribué) n’est pas le vote définitif Le débat doit se poursuivre sur la maîtrise du coût de l’eau et de la gestion de la ressource

 

Loïc Huchet du Guermeur

Conseiller municipal d’opposition Paimpol

Publicités

Filed under: 1,

Une occasion manquée !

Le 24 février 2009 après de longs débats le Conseil de la Communauté de Communes Paimpol Goëlo (CCPG) votait à l’unanimité son projet de territoire qui définit les objectifs à atteindre durant les cinq prochaines années.

Au chapitre intitulé «  Repenser le mode de gestion de la ressource » on peut lire ceci : « L’importance des enjeux environnementaux et économiques conduira le territoire Paimpol-Goëlo à repenser le mode d’organisation actuelle de la protection, de la gestion, de la distribution et du traitement de la ressource avec, pour objectif, une amélioration plus rapide et substantielle de la qualité de l’eau et du service rendu à la population. » 

Dans la foulée, la CCPG prenait la compétence « Eau » jusqu’à présent exercée par le Syndicat Intercommunal du Goëlo. Un bon début…

Le contrat avec la compagnie Veolia arrivant à échéance au printemps 2010, il fallait ensuite choisir le mode de gestion de la distribution et de la gestion de l’eau, avec trois options possibles : 

–      la régie totale : la CCPG prend en charge la gestion et l’exploitation technique ;

–      la régie partielle : la CCPG prend en charge la gestion et confie l’exploitation technique à une société privée (appelée le fermier) ;

–      l’affermage : la  CCPG confie la gestion et l’exploitation au fermier. 

Il va de soi que le fermier ne fait pas cela gratuitement car il doit rémunérer ses actionnaires. 

Le 7 juillet dernier une majorité de conseillers communautaires de la CCPG (25 contre 16) a décidé qu’au lieu de repenser le mode de gestion, il fallait surtout ne rien changer… Quelques jours plus tard, le Syndicat Intercommunal du Goëlo prenait la même orientation, au cours d’un vote dont la légitimité pose question. On allait donc continuer de confier l’eau au privé. 

On peut s’interroger sur la valeur qu’accordent certains conseillers communautaires au Projet de Territoire qui doit être un véritable contrat de mandature.

Ensuite, il y avait la possibilité de reconquérir, même si cela était de façon partielle, un service public : celui de l’Eau. Le vote du 7 juillet était donc un choix éminemment politique. Certains élus, la main sur le cœur et des sanglots dans la voix, font des déclarations sur la défense du service public. Mais ils renoncent dès qu’ils ont l’opportunité de mettre leurs paroles en cohérence avec leurs actes…   

Un de leurs arguments étaient qu’il fallait attendre 6 ans pour mieux préparer le changement. La théorie « du reculer » pour mieux sauter en somme. Mais nous savons très bien que de reculade en reculade, l’objectif s’éloigne… Ceci est d’autant plus vrai que dans 6 ans (en 2015), de nouvelles équipes municipales et communautaires seront en place… Pourquoi ne voudraient-elles pas, à leur tour « mieux préparer » l’évolution et se donner un nouveau délai ? 

Au nom d’une logique confuse, on a manqué l’occasion d’offrir aux usagers un service aussi performant, pour un coût probablement moindre.  Quelles sont les véritables raisons de cet incompréhensible recul ? 

L’affermage sera donc reconduit. Les élus UDB du territoire de la CCPG se montreront vigilants lors des négociations du nouveau contrat. Ils seront au coté des usagers dans le combat pour la reconquête des services publics. Celui de l’eau comme de tous les autres. 

L’UDB du pays de Paimpol-Goëlo.

Filed under: 1

16 minutes

16 minutes précisément. C’est le temps qu’il aura fallu au conseil municipal de Paimpol pour trancher entre les trois modes futurs de gestion de l’eau. En guise de débat nous aurons eu un exposé de trois pages de Georges Lucas, une prise de parole de Jean-Yves de Chaisemartin, celle de Loïc Huchet du Guermeur , suivie de l’intervention attendue de Camille Grot. Le tout, ponctué par une interpellation de Marie-Line Depail. S’en suit un vote libératoire et sans appel.

Intéressons nous donc aux arguments qui ont conduits, les uns et les autres à voter massivement pour une régie privée, et dont certains sont repris par la presse le 15 Juillet : – La régie avec prestation de services est trop chère. Si l’on se réfère aux chiffres du rapport, effectivement, entre un contrat renégocié d’affermage et une régie avec prestation de service, il existe un écart de l’ordre de….. 8 Euros par an et par foyer . Cet argument serait reçu comme il se doit si il n’était avancé par celles et ceux qui ont voté la taxe EDF (6%) … et qui pèsera jusqu’à 10 fois plus lourd sur les ménages. (Estimation à revoir si les tarifs EDF devaient augmenter de 20% sur 3 ans comme le demande le PDG d’EDF.)

– Notre territoire est trop petit 12.000 Foyers et nous serions trop à l’étroit. Curieusement, nos voisins de la CCLP sont 15.000. Et ils ont su mettre en place une régie avec prestation, avec baisse des prix à la clef et une économie de 150 000 Euros par an.

– Nous n’avons pas le temps. Mais promis, on ne nous y reprendra pas, dans 9 ans, nous y serons prêts. Mais où est donc passé le vaillant Maire de Paimpol qui nous promettait, il y a quelques mois seulement un troisième bassin sans étude complémentaire, un palais des congrès, une cuisine centrale, un circuit des lavoirs … en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire. Sur ce sujet, il n’est plus que l’ombre de lui-même. « Prudence », « raisonnable », voici donc un nouveau vocabulaire auquel il faudra que son électorat s’habitue. Le poids des années et des mandats n’épargnent personne. Pas même lui.

Enfin, le gimmick, la marque de fabrique, le slogan « nous voulons, la meilleure eau, au meilleure prix ». Comme si nous autres étions fans de consommer de la boue hors de prix.

16 minutes pour expédier ces 4 arguments.

Pas sûr que les électeurs sensibles à la terre vue d’en haut retrouvent leur compte dans cette position au ras de l’eau. Pas plus d’ailleurs, que celles et ceux qui considèrent que l’eau ne doit pas être source de profit. Mais 9 ans, ca ne fait guère que 295.650 fois 16 minutes. Alors, restons optimistes.

Eric Bothorel, le 16 Juillet 2009

Filed under: 1

Le [non-]débat sur l’eau.

La question de l’eau occupe les médias depuis plusieurs semaines et a fait l’objet d’un « débat » en Conseil Municipal. Débat qui a été relégué en fin de conseil avec l’élection d’un nouveau conseiller communautaire

Il fut un temps – celui d’avant mes huit ans – où il fallait aller chercher l’eau à la pompe ou au puits, mais elle était gratuite et faire payer un verre d’eau considéré comme une offense. C’était une eau de confiance et nous pouvions la boire sans arrières pensées. Depuis la distribution de l’eau s’est industrialisée, la pression démographique, la pollution et l’agriculture intensive en ont  fait un produit qu’il faut traiter avant de la distribuer.

L’eau est une ressource essentielle donc stratégique, dont la gestion est du ressort des pouvoirs publics. Le choix de son mode de gestion est donc une décision Politique, au sens noble de « gestion de la cité ».

Revenons au fameux [non-]débat du 6 juillet, il s’agissait de donner un avis avant le vote du conseil communautaire. La gestion de l’eau a fait l’objet d’audits qui N’ONT PAS ETE TRANSMIS aux conseillers municipaux de l’opposition mais que certains ont pu se procurer. Loïc Huchet en a fait une analyse intéressante dont il a exposé les principaux points en conseil. Deux point ont attiré mon attention :

  • L’augmentation des pertes du réseau (fuites sur le réseau de 220 000m3 en 2003 à plus de 300 000m3 en 2007) au regard des avenants au contrat signés avec  Véolia en 2006) : « qui fait passer le seuil de pénalité du concessionnaire d’un indice linéaire de perte de 1m3 /j/km à 1.7m3/j/km. Derrière ces indices d’apparence très technique il existe un enjeu financier et écologique car en effectuant les multiplications par les nombres de jours et de km on voit qu’il s’agit d’accepter sans pénalité des pertes qui passent de 181 000 m3 à 308 000m3 par an. » Voilà qui limite la responsabilité de l’ancien fermier.
  • Le prix de l’eau évoqué dans le rapport : il se fonde sur une consommation moyenne de 120m3 par an, ors la consommation moyenne des paimpolais est d’environ 80m3 par an, compte tenu de la part fixe d’abonnement dans le calcul du prix de revient du m3   fausse les calculs sur lesquels se sont fondés ces élus pour donner leur avis. Ce qui décrédibilise l’écart du prix de l’eau entre affermage et régie tel qu’il est présenté dans l’audit.

La majorité a aussi développés ses arguments largement repris dans la presse : compétence des fermiers, bassin de population trop faible pour une régie… et un argument surprenant quant à la sécurité : « avec un fermier l’eau est contrôlé deux fois, une fois par le fermier et une fois par la DDASS et il faut que les deux contrôles soient concordants ». Il ne manquerait plus qu’ils ne le soient pas !! Et que se passerait-il s’ils ne l’étaient pas ? Que faut-il prévoir dans le contrat sur ce point ? Dans quelle mesure l’affermage dédouane-t-elle la collectivité de sa responsabilité quant à la qualité de l’eau distribuée ? Cet argument qui leur semble si décisif amène d’autres questions.

Toutes les entreprises sérieuses qui fournissent de l’eau font leurs propres autocontrôles qu’elles travaillent en régie ou en affermage, mais les contrôles des DDASS sont primordiaux et effectués par des laboratoires agrées et accrédités par le ministère. Ce contrôle est réglementaire et donc obligatoire. C’est une question de Santé Publique et cela m’étonnerait que l’état joue avec ça.

La façon dont ces messieurs de la majorité ont présenté cet argument avait un goût de propagande jouant sur la peur d’une moindre qualité de l’eau si l’option de la régie avec prestation de service avait été retenue.

Il est vrai qu’avec moins de 20 minutes de « débat », il a été très difficile d’aborder les vrais questions et surtout d’en discuter. Sans compter que j’ai eu le sentiment que nous n’avons pas été écoutés,  ni pris au sérieux et que de toute façon la décision était déjà prise. Le débat a eu lieu ailleurs, entre gens au pouvoir. Il est vrai que ces gens de pouvoir savent, ils sont au cœur des décisions stratégiques, ils détiennent des informations auxquelles un pauvre conseiller de base n’a pas accès.

Le bouquet, c’est que certains présentent leur décision en parlant de pragmatisme*, mais pour cela il eut fallut que le débat soit vraiment rationnel, les arguments avancés par la majorité paimpolaise tiennent plus de la croyance que des faits. Ils proposent un affermage d’une durée réduite pour réfléchir à une autre solution, voilà qui est effectivement pragmatique !?!

Monsieur le Maire veut faire de la « politique autrement », je ne vois rien venir.

 

* Pragmatisme : doctrine qui dit que tout ce qui est vrai est utile et ce qui est utile est vrai, se fonde sur l’expérience pratique et la rationalité – recherche de l’efficacité.

Marie-Line Depail

Filed under: 1

Polémique sur l’implantation des structures à terre du projet Hydroliennes

Journal Ouest-France du 12/06/2009
Edition : Lannion-Paimpol – Rubriques : Tréguier


« Le projet des hydroliennes, une démarche de territoire »

De gauche à droite : Jean Le Merdy, Michel Sohier, Roger Kérambrun et Louis Augès dénoncent la création du comité de soutien au projet EDF pour les hydroliennes, alors que la CC3R et Tréguier, cité portuaire, ont été écartées.

Un vent de protestation a soufflé, mercredi, dans le bureau de Michel Sohier, maire, rejoint par Roger Kérambrun, président de la communauté de communes des Trois-Rivières (CC3R). Une réaction commune en découvrant la création d’un comité de soutien pour le projet expérimental d’implantation à terre, de structures de maintenance pour les hydroliennes, prévues au nord de Bréhat (O.-F. du 10 juin).

« On est furieux »

« J’ai reçu un coup de fil d’Alain Gouronnec (président de la communauté de communes de la Presqu’île de Lézardrieux et du Schéma de cohérence territoriale (Scot) du Goëlo-Trégor), cinq minutes avant la réunion à laquelle je n’étais pas convié », dénonce Roger Kérambrun. « Oui, on soutient le projet. Mais on souhaite être associés à un projet de territoire. Pas uniquement à Lézardrieux. »

Louis Augès résume l’avis général avec humour : « On est mené en bateau. » Jean Le Merdy déclenche des éclats de rire en lisant le rapport d’EDF, reçu le 5 juin. « Le conseil général a conclu que le port le plus adapté est le Légué » Il ajoute : « Sur la vase du Légué ! »

Michel Sohier sort de ses gonds. « J’ai rencontré Claudy Lebreton, jeudi 4. A aucun moment, il a fait état de cette information reçue vendredi 5. C’est énorme. » Le maire ajoute : « Dans un courrier du 27 mars, Michel Brémond, vice-président du conseil général, nous informait que trois ports étaient à l’étude : Tréguier, Paimpol et le Légué. Il n’a jamais été question de Lézardrieux. Le port le plus susceptible de répondre aux critères souhaités par EDF est, de beaucoup, Tréguier, notamment au niveau de l’accessibilité. On était confiant. On est furieux. »

Roger Kérambrun fait état d’une déclaration d’Alain Gouronnec, au comité syndical du Scot. « Les élus des trois communautés de communes (ndlr : intégrant la CC3R) ont évoqué le choix de Lézardrieux pour l’accueil de l’installation à terre de la maintenance des hydroliennes. Le Trieux étant, pour le conseil général, le mieux adapté » Le conseil général aurait donc changé de cap ?

Une affirmation que ne cautionne pas le président de la CC3R. « Je suis vice-président du pays Trégor-Goëlo, ayant en charge le littoral. A l’évidence, les hydroliennes ne concernent pas le littoral ! De plus, Tréguier a été oublié alors que les structures portuaires existent. A Coz Castel, le port est à créer, avec de lourds investissements. » Roger Kérambrun annonce, « Nous suspendons notre participation aux réunions du Scot. »

 

à lire aussi la Presse d’Armor de cette semaine

Filed under: 1, ,

Danielle Brezellec dans Ouest-France

Danielle Brézellec, madame le maire, a pris la pose pour EDF

 

 

Alors que l’on reprochait à la municipalité de ne pas assez communiquer sur le projet d’hydroliennes, Danielle Brézellec se retrouve à l’affiche dans la presse nationale pour défendre sa commune.Hydroliennes

« Avec le projet d’hydroliennes qui vont être implantées sur la commune j’ai eu beaucoup de contacts ces derniers temps avec EDF, explique Danielle Brézellec. Ils m’ont demandé si je voulais faire une pub pour eux ! Et avec les reproches que j’ai eus du fait que les hydroliennes c’était Paimpol ou Bréhat et jamais Ploubazlanec, j’ai sauté sur l’occasion. »

Authentique

EDF souhaitait avoir quelqu’un d’authentique, simple et naturel pour leur campagne, « alors ils ont pensé à moi », s’amuse le maire. « Ils me connaissent bien alors ! Je n’aime pas me mettre en avant, tous mes proches le savent. Les gens d’EDF avaient préparé leur plan, ils m’ont présenté le projet en toute simplicité et je me suis retrouvée à Paris, avec les séances de maquillage, les photographes. C’était une aventure extraordinaire. »

Pour Ploubazlanec

Cette formidable aventure elle la décrit comme un don à la commune. « Je ne tire aucun bénéfice de tout ça, et tout le monde doit comprendre que j’ai fait cela pour ma commune. Je reçois des mails, des coups de téléphone de toute la France. Beaucoup de propriétaires de résidences secondaires, qui me remercient pour la publicité que je fais pour la commune. C’est très gratifiant. Jamais je n’aurai pensé arriver là un jour ». La publicité est déjà parue en pleine page dans Le Monde, Le Point, et sur une demi-page dans Ouest-France vendredi.

Journal Ouest-France du 16/05/2009

Filed under: 1

Thalassa n’en finit pas de faire des vagues

 

Thalassa en Côtes-d’Armor. Ecume et amertume

 

« Un parti-pris polémique… Pas de souci d’équilibre… », Yvon Bonnot, maire de Perros-Guirec et ancien président du Comité régional du tourisme, se montre très critique vis-à-vis de la forme de l’émission de Georges Pernoud.

« Caricatural »

« Monter un scénario avec un homme équipé d’un masque à gaz – mais pas son chien qui patauge dans les algues vertes alors que l’on vient de parler des risques encourus – .c’est un peu léger. S’agissant d’une chaîne publique, il faudra peut-être que quelqu’un saisisse le gouvernement à ce sujet », estime Yvon Bonnot. François Bouriot, maire de Trélévern, qui estime que sa commune touristique littorale a été «sinistrée par France 3 », dénonce, lui aussi, « le côté caricatural, exclusivement négatif… » de l’émission.

Sur le fond, s’il admet qu’il y a eu un dépôt de pétrole (du Torrey Canyon) non loin du camping, « ce que personne n’a jamais nié », François Bourriot explique que cette fosse servait de tampon, pour stocker ce qui était ramassé sur la plage: «Selon tous les témoins que j’ai interrogés, elle a été entièrement vidée et le pétrole évacué vers son lieu de traitement à Brest ».

«  À l’honneur du service public»

« Certes, la somme des pollutions dénoncées était impressionnante et a choqué un certain nombre de téléspectateurs costarmoricains. Il est vrai que la vision négative des coulisses de notre littoral n’était pas rééquilibrée par des aspects plus positifs, indéniables au demeurant », déclare Thierry Dereux, président de la Fédération Nature Environnement des Côtes-d’Armor.

Mais il estime aussi qu’il est grandement temps de ne plus se cacher la tête dans le sable et qu’il est «tout à fait à l’honneur d’une émission de service public d’accélérer la prise de conscience afin que des mesures efficaces soient enfin prises ».

Tout en comprenant qu’il est bien compréhensible que – cette émission provoque la colère de ceux qui vivent du tourisme, André Pochon, président de Vivarmor Nature, considère, lui- aussi que rien n’est pire que la politique de l’autruche et que ce genre d’émission, « en nous réveillant », est bénéfique: « Les algues sont là chaque année, plus nombreuses… et leur décomposition tue… Par ailleurs,

Bruxelles menace de fermer l’activité conchylicole, la pêche et la baignade en baie de Saint-Brieuc pour pollution bactériologique. L’économie maritime et touristique de notre région s’effondrerait ».

Jolies cartes postales ?

Quant à la Fédération des associations de protection de l’environnement et du littoral 22, elle se demande pourquoi une émission de télévision n’aurait pour objectif que de plaire au plus grand nombre: « Faut-il décerveler le spectateur en lui montrant de jolies cartes postales ?… Ce qui a été montré est l’œuvre de l’homme. Thalassa n’a rien inventé, n’a pas manipulé les images…».

Tout le débat est là.

Hervé Queillé ; Le Télégramme, 21 avril 2009.

Filed under: 1

Thalassa. Le maire demande que l’émission « revienne vite »

A la veille de la saison touristique, l’émission Thalassa, diffusée vendredi sur France 3, a suscité les réactions d’acteurs locaux, connus ou anonymes. L’émission devait mettre en avant le sentier des douaniers de Perros-Guirec à Dinard. En fait, le choix éditorial de mettre l’accent sur les problèmes environnementaux de la côte a fortement déplu à Jean-Yves de Chaisemartin, le maire de Paimpol, comme à des nombreux internautes qui ont réagi sur le forum de Thalassa. L’émission, en direct du port, s’était pourtant déroulée sans réaction notable du public. En début de semaine, l’élu local a envoyé un courrier à Georges Pernoud, présentateur de l’émission. « Je lui ai demandé à ce qu’il revienne vite pour corriger le message et les erreurs », détaille-t-il. « L’émission a soulevé de véritables questions, commente le maire de Paimpol. Mais une décharge au milieu du plus beau paysage du monde se voit mieux qu’au milieu d’une autre décharge. Et il faut dire qu’il y a le plus beau paysage du monde autour, ils ne l’ont pas fait. ». L’élu fait ici référence à la décharge de Bréhat, dont il a été question dans l’émission. Pour Jean-Yves de Chaisemartin, « Les gens ont été vexés, ,ils se sont sentis trompés ». Très remonté, Yannick Hémeury, président du comité des pêches marines et des élevages marins de Paimpol-Lannion, a expédié mardi un courrier à Georges Per- noud. Lui aussi regrette que Thalassa se soit (( focalisée sur quelques points sensibles, (…) qui ne sont qu’une partie infime » du GR 34. Il craint que l’émission à une heure de grande écoute n’ait découragé de futurs vacanciers.

Le télégramme du 15 avril 2009

Vous pouvez consulter le Forum de Thalassa à cette adresse : http://forums.france3.fr/france3/thalassa/paimpol-sujet_576_1.htm 

Filed under: 1

Un an après, le regard de l’opposition

Un an après, le regard de l’opposition 

 

Le gymnase de Goas-Plat en panne, les projets d’opération immobilière à l’école du Centre,la valse des adjoints, la dette : l’opposition jette un oeil critique sur un an de mandat. 
Insécurité 

« La municipalité ne s’est pas embarquée dans une politique sécuritaire, constate Loïc Huchet. Mais nous regrettons qu’elle n’ait pas mis en place une véritable prévention. Il faudrait une coordination des services sociaux, un suivi des jeunes en déshérence. On ne sent pas une politique véritablement tonique. » Marie-Line Depail ajoute : « Aucune politique à long terme de lutte contre l’alcoolisme n’a été mise en place. »

Tarifs municipaux

« En commission des finances, explique Camille Grot, nous avons été ébahis : le document de travail proposait, pour les tarifs des services publics, des augmentations entre 2,5 % et… 50 % ! Une concertation préalable aurait pu permettre d’obtenir une décision en une réunion, au lieu des trois qui ont été nécessaires. »

Perplexes

« Nous observons d’autres dysfonctionnements, ajoute Loïc Huchet. La mise en place des pôles nous semble très étrange. Certes, il faut structurer. Mais il y a des incohérences, comme la culture d’un côté, l’animation ailleurs. Le sport et les travaux pour un même adjoint, ça fait beaucoup. Beaucoup de temps est passé à parler, pour peu d’efficacité. »

Adjoints

« Dans les transferts de responsabilité d’un adjoint à un autre, remarque Marie-Christine Rouxel, on sent beaucoup de flottement. » « Après trois ou six mois de fonctionnement, c’est normal de flotter un peu, ajoute Pierre Morvan. Mais, au bout d’un an, ça flotte toujours. Ça nous étonne. »

Finances

« On savait depuis longtemps que les finances seraient difficiles, analyse Loïc Huchet. En campagne, nous avions fait attention à ne pas prendre d’engagements démagogiques. L’équipe actuelle se trouve confrontée à des engagements qu’elle ne pourra pas tenir. Nous nous sommes opposés à la surtaxe de 6 % sur les factures EDF, qui est injuste parce qu’elle touche tous les ménages. » « Le maire communique sur le fait qu’il veut maîtriser la dette, ajoute Camille Grot. Mais elle sera passée de 10 millions avant les élections à 12,5 millions à la fin de cette année. Avec 14 ans de durée d’amortissement, ce qui est énorme. »

Goas-Plat

« Le maire a emprunté et suremprunté, explique Camille Grot. Et maintenant il est obligé de résilier des marchés, ce qui coûte chaque fois 5 % de pénalités. Et qui met en difficultés des entreprises locales. Une partie des travaux du gymnase de Goas-Plat, l’extension des services techniques, les sanitaires du camping de Cruckin : tout cela est résilié. »

Navigation à vue

« Nous observons un défaut d’anticipation, constate Marie-Christine Rouxel. C’est quand on a commencé à démolir les vestiaires de Goas-Plat qu’on se rend compte qu’on ne peut pas payer les travaux. Et il faut que les élèves réintègrent un gymnase qui fuit par le toit. »

Immobilier

« On sait que des promoteurs sont intéressés par l’école du Centre, affirme Loïc Huchet. On n’a pas de vision claire de la stratégie immobilière de la ville. Les décisions semblent intuitives. » « Il n’y a aucune urgence à regrouper les écoles maternelles, ajoute Marie-Christine Rouxel. Est-ce parce qu’il y a un projet immobilier derrière ? Le maire affirme que les locaux de l’école du Centre garderont une vocation pédagogique… »

 

ET la réponse :

« Il faut revenir à des relations constructives » 
jydc-fb-bj-sg70
Le maire, Jean-Yves de Chaisemartin réagit aux propos de l’opposition municipale (notre édition du lundi 23 mars). 
Insécurité. « Le centre social, les services compétents, les jeunes, la gendarmerie sont associés au débat pour construire une politique de lutte contre l’alcoolisme à long terme. Ce n’est pas en claquant des doigts qu’on va arriver à bout d’un dossier aussi difficile que celui-là. » 

Le maire souligne que les réunions se succèdent comme celle du week-end dernier avec des jeunes et une autre prévue, ce vendredi avec les riverains.

Finances. « Nous sommes dans une situation de redressement des finances de la ville, rappelle le maire. On prend le temps qu’il faut et on sait très bien où on va. » L’élu défend ainsi une gestion « prudente et efficace d’un budget de crise ».

Écoles. « Il n’y a pas de projet immobilier actuel à Courcy et aux Huit-Patriotes (transfert du primaire à Le-Braz à la rentrée 2009 et de la maternelle à Kernoa en 2010, ndlr) » assure-t-il à l’opposition. Ce qui n’empêchera pas de « valoriser le site », dans le cadre d’un projet touristique par exemple. « Au mieux, il est contradictoire ou au pire, irresponsable de dire qu’il faut conserver les bâtiments en l’état et s’inquiéter des finances de la ville. »

Dialogue. Le maire lui lance un appel à l’opposition : « Il faut revenir à des relations de travail constructives pour les Paimpolais ».

Textes / Ouest France

Credit Photos : Ouest France sauf Photo N°2 de campagne Européenne 2009.

Filed under: Opposition : Quel style ?, paimpol actual edit

Elémentaire pourtant non ?

Lors de la dernière réunion du  conseil municipal, un schéma de principe a été proposé pour la réorganisation des écoles primaires publiques de Paimpol.. Les cinq élus de l’opposition tiennent à faire savoir qu’ils ont voté contre ce projet.

Une réorganisation est sans doute nécessaire. Les écoles publiques ont en effet perdu un tiers de leurs effectifs en 5 ans. L’absence de politique d’habitat a obligé les jeunes ménages à se loger hors de Paimpol et l’application stricte de la carte scolaire les a contraints à scolariser leurs enfants soit dans leur commune de résidence soit dans les établissements privés.

La baisse des effectifs risque de se poursuivre en maternelle puisque  la norme d’accueil est aujourd’hui portée à  32 élèves par classe en ne comptant pas les enfants de moins de 3 ans. Il est évident que les enseignants ne pourront aller au-delà en prenant des enfants en surnombre

Pour l’élémentaire,  il faut probablement envisager  un regroupement des 7 classes réparties sur les 2 écoles de  Le Bras et  A.de Courcy  sur un site commun, celui de Le Bras .Ce projet a fait l’objet de discussions et ne semble pas poser de problème dès lors que des conditions satisfaisantes de transfert auront été trouvées.

Par contre le regroupement des maternelles sur Kernoa  en  2010 puis un transfert sur Le Bras en 2O15 a été retenu sans véritable concertation 

Les locaux de Kernoa sont très adaptés pour une école maternelle, ils ont été conçus pour cela. Ceux de de l’école du centre, dans un quartier plus dense, le sont également. Il n’est pas contestable que, plus qu’aucun autre peut-être, le quartier de Kernoa a besoin d’un équipement de proximité. Mais en tout état de cause, le Maire ne propose le maintien d’une école à Kernoa que de manière transitoire et provisoire. Il ne s’agit que de reculer pour mieux sauter.

 

De plus, à court terme, même si Kernoa est proche du centre, le projet de la mairie impliquerait de renforcer les navettes entre les deux sites.  Il est quand même plus simple de déplacer une classe que trois. Pour les familles qui ont des enfants dans les cycles  élémentaire et maternelle, l’éloignement des écoles ne va pas simplifier les trajets quotidiens.

Pour le long terme, un groupe scolaire bien identifié rue Gabriel le Bras pourrait présenter un intérêt, peut-être, mais à quel prix ? Il faudrait construire des locaux supplémentaires alors que nous avons déjà 2 écoles maternelles en bon état, que l’école de la rue des Huit Patriotes est à 300m de Le Bras, et que des aménagements de l’espace public permettraient très aisément de sécuriser les déplacements.

Vu l’état des finances communales il faut y regarder à deux fois.

Les besoins en locaux évoluent, une saine gestion des bâtiments publics est effectivement nécessaire mais vouloir installer dans les bâtiments spacieux de  l’école de Kernoa un jardin d’éveil pour les enfants de moins de 3 ans qui aura nécessairement des petits effectifs, c’est  témoigner d’une absence de vision d’ensemble sérieuse. C’est aussi faire porter par les paimpolais des mesures gouvernementales très contestables.

Nous avons aujourd’hui des bâtiments scolaires sous utilisés et nous avons besoin de regrouper les activités culturelles dans un pôle dynamique, nous pensons que la mixité est bénéfique  pour les enfants et qu’il faut à Kernoa un équipement important : école ou pôle culturel ouvert sur le quartier ? le débat doit être engagé et la réflexion sérieusement menée, avec un bilan précis de l’ensemble des besoins et en réelle concertation avec toutes les parties concernées

Nous avons voté contre un projet qui n’était pas solidement argumenté car il n’y a pas d’urgence à modifier la situation actuelle. Par contre les jeunes paimpolais doivent bénéficier d’une solution intelligente.

 

                                        L’opposition municipale de Paimpol

Filed under: paimpol actual edit

Blog Stat

  • 35,449 connexions, ca c'est de la fréquentation !

RSS Le Telegramme Paimpol du jour

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Pages